Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

césar

  • Serge Laborie a fait un travail de Romain

    ob_ca28f5_sancerre-ete-2016-louise-248.jpg

    Tous les deux ans, Serge Laborie nous gratifie d'une exposition sur un thème concernant l'histoire de Sancerre.

    Cette année, c'est le Sancerrois gallo-romain.

    DSCF7002.JPG

    Lire la suite

  • De très bons contacts aux journées nationales de l'archéologie

    Le week-end du 19 juin était consacré à l'archéologie. Dans le secteur, ce sont deux conférences qui ont retenu mon attention. A Sancerre, organisée le vendredi par le Liger Club, une conférence "Gaulois et Gallo-romains du Berry" avait lieu à Sancerre avec comme oratrice Sophie Krausz. Son intérêt pour le Sancerrois m'a amené à la contacter.

    Le lendemain, c'était Vesvre qui était à l'honneur avec, comme chaque année, Victorine Mataouchek, l'archéologue qui présentait l'avancée des travaux. Après la conférence, toujours du même niveau, j'ai eu un petit échange avec madame Degueret, spécialiste de l'abbaye de Chalivoy.

    Lire la suite

  • Les Boïens par un spécialiste

     

    Extrait de « Sancerre deux millénaires d’histoire »

    Les Boïens, avant les Sancerrois

     

    M. Jean-Yves RIBAULT, alors Directeur des Archives Départementales du Cher, a bien voulu nous apporter les précisions suivantes sur l’implantation des Boïens dans notre région :

    « Les Boïens étaient un peuple celte sans doute primitivement installé à l'emplacement de la Bohème, et en tous cas en Europe Centrale.

     Vers - 60O d'après Tite-Live, et plus vraisemblablement vers 400 avant J.-C., les Boïens et les Lingons envahirent I'ltalie du Nord. "Ayant trouvé tout le pays occupé entre le Pô et les Alpes, ils passèrent le Pô sur des radeaux, et chassèrent de leurs terres les Etrusques ainsi que les Ombriens, mais sans franchir 1'Appenin" (Tite-Live, V, 35). Vers - 295, ils luttèrent contre Rome, furent défaits deux fois de suite, signèrent une paix, mais les combats reprirent, ils furent massacrés (40 000 tués et 10 000 prisonniers) et se soumirent.

     En - 219, les Gaulois du nord de l’Italie se rallièrent à Hannibal contre les romains et les Boïens en profitèrent pour entreprendre une véritable guerre de libération. Ils enregistrèrent plusieurs victoires sur les Romains, massacrèrent deux légions mais, en - 191, capitulèrent définitivement et "sans qu'on sache les proportions que prit cet exode" repartirent en direction du Danube. Vers - 113, ils participèrent à la migration des Cimbres et des Teutons, qui furent battus et arrêtés par Marius. Vers - 65, les Boïens furent chassés du lac Balaton par le roi Burebistas.

     Peu après, en 58 av. J.-C., ils passèrent dans le Norique, ancienne province romaine entre le Danube et les Alpes, mirent le siège devant Noreïa et suivirent les Helvètes qui entreprenaient de s'établir en Gaule, provoquant l'intervention de César. Celui-ci ayant stoppe la migration helvète, consentit, à la demande des Eduens (capitale Autun), que les Boïens s'établissent chez ces derniers, qui "leur donnèrent des terres et par la suite les admirent à jouir des droits et des libertés dont ils jouissaient eux-mêmes" (César, I, 28). Les Eduens étaient alliés de Rome et les Boïens durent adopter la même position.

     En - 52, Vercingétorix vint assiéger leur place forte Gortona (selon les auteurs, "quelque part dans le Nivernais ou vers le confluent de 1'Allier", ou pour d'autres la région de Sancerre). César se porta à leur secours, vint assiéger Avaricum (Bourges), ce qui fit abandonner le pays boïen à Vercingétorix. Après la conquête romaine, les Boïens se fondirent progressivement dans ce qu'il est convenu d'appeler "la civilisation gallo-romaine", non sans quelques sursauts. Ainsi, en l’an 69, un certain Marricus, qui se proclamait libérateur des Gaules, essaya t-il d’entraîner la population éduenne dans une révolte armée. Il fut écrasé par un contingent militaire éduen aidé de troupes romaines envoyées par l’empereur Vitellius (Tacite, Livre II,61)

    Jean-Yves RIBAULT

    Nous pourrons compléter ce propos par la toponymie et des découvertes archéologiques datant du XIXEME. dans un prochein article.

    blog,convivialité